Les médiathèques du réseau

Cliquez pour trouver la vôtre
Partager "Carte" sur facebookPartager "Carte" sur twitterLien permanent

Free To Run (Pierre Morath)

note: 5la fabuleuse épopée de la course à pied Karine F. - 23 mai 2019

Cet excellent documentaire de Pierre Morath retrace l'histoire du running [...]

Concerto pour la main morte (Olivier Bleys)

note: 5Excellent Maxime - 17 mai 2019

J'ai bcp aimé: immersif, avec un début qui permet de [...]

AccueilCritiques rédigées par Karine de Messimy

S'abonner au flux RSS dans une nouvelle fenêtre
Critiques rédigées par Karine de Messimy

 

Dans le monde pestaculaire et terrib' de ma soeur Minnie et de son vilain lapin (Evans Lissa)

note: 5Un roman jeunesse totalement délirant ! Karine de Messimy - 15 mai 2019

Attachez vos ceintures ! Voici une histoire complètement échevelée et délirante dans laquelle, un soir d’orage, Fidge et son cousin polyphobique et hypocondriaque atterrissent dans un univers peuplé par les personnages de l’album favori de Minnie, la petite sœur de l’héroïne, dont le doudou s’est transformé à l’occasion en un lapin tyrannique et zézayant…. Sous le couvert d’un récit d’aventures qui pourrait apparaître à première vue très perché, se cache en réalité un récit initiatique pétri de belles valeurs et qui a l’intelligence de ne pas sombrer dans des discours moralisateurs ennuyeux. Pour les enfants à partir de 9 ans.

L'homme sans talent (Yoshiharu Tsuge)

note: 5Un classique du manga à (re)découvrir Karine de Messimy - 13 mars 2019

Il était devenu introuvable depuis des années, *L'homme sans talent*, merveille de watakushi manga (BD du moi) est ressorti en novembre dernier aux éditions Atrabile. Il s'agit au départ d'une série d'histoires en bande dessinée publiées entre 1985 et 1986 dans la revue japonaise Comic Baku de Nihon Bungeisha qui a été traduite en 2004 aux éditions Ego comme X. Empreint de poésie, d'ironie et de drôlerie, ce titre de Yoshiharu Tsuge qui fait la part belle aux doux excentriques, est à (re)découvrir ABSOLUMENT.

Mes nuits apaches (Martinelli Olivier)

note: 5Le rock à fleur de peau Karine de Messimy - 21 février 2019

*Mes nuits apaches* est un court roman qui n'a pas l'air, comme ça, de payer de mine, mais qui vous attrape sans qu'on s'y attende, et émeut parce qu'il est pétri d'une belle nostalgie, qu'il parle de l'adolescence, de ses doutes et de ses formidables excès avec justesse et beaucoup de sincérité, parce que le parcours initiatique de Jonas, son attachant narrateur, envoie, à chaque ligne, des décibels plein les oreilles en faisant se côtoyer par exemple, pour notre plus grand bonheur, Pierre Vassiliu et Le Velvet Underground (mais aussi les Talking Heads, les Smiths, les Stranglers et tellement d'autres !) Un véritable hymne d'amour au rock, à la musique qui aide à se construire et à rester debout. Une très belle surprise.

Né d'aucune femme (Franck Bouysse)

note: 5Chef-d'oeuvre absolu Karine de Messimy - 20 février 2019

Ils sont rares ces livres qui une fois refermés continuent de nous émouvoir et nous hanter durablement. *Né d’aucune femme* est de cette trempe-là. Franck Bouysse nous offre avec son dernier opus une histoire magistrale à plusieurs voix, d’une puissance absolument sidérante au centre de laquelle nous suivons la terrible destinée d’une jeune fille issue du monde misérable des petites gens de la campagne, sans tomber une seule fois dans les travers du misérabilisme et du sensationnel.
Parce que l’écrivain, qui nous avait déjà conquis avec ses précédents textes sortis chez La Manufacture des Livres, est un formidable conteur et qu’il manie l’écriture avec une perfection vertigineuse en faisant se côtoyer, en un bouleversant ballet, des ombres terrifiantes et la lumière la plus pure.
Un livre précieux et intemporel.

Helena (Jérémy Fel)

note: 5L'un des romans choc de la rentrée littéraire 2018 ! Karine de Messimy - 3 octobre 2018

*Helena* est un haletant thriller sur fond de terribles blessures familiales qui
réussit le tour de force, dans une histoire
très très très sombre, de planter des personnages absolument attachants et terriblement humains. Ce jeune écrivain confirme avec ce deuxième roman bouleversant un formidable talent de très grand conteur. Notez que Jérémy Fel sera présent à la médiathèque de Messimy le samedi 19 janvier 2019 pour une rencontre spécial thrillers et romans noirs dans le cadre de la nuit de la lecture !

Onze ans (Jean-Baptiste Aubert)

note: 5Un texte bouleversant Karine de Messimy - 17 février 2018

Ce délicat et très émouvant premier roman de Jean-Baptiste Aubert, paru chez Christophe Lucquin en février 2017 est une véritable merveille... Où comment attraper une enfance désespérée, douloureuse, sur le point de basculer en adolescence, sans filet, et en tirer un récit sur la (re)construction de soi, la liberté, la résilience, tout cela sans lourdeur ni pathos, ni discours moralisateur... Sélection du prix des lecteurs M.O.T.S. des 4 villages 2018.

Le gang des rêves (Luca Di Fulvio)

note: 4Une saga totalement addictive et décoiffante ! Karine de Messimy - 23 janvier 2018

Si l’on peut regretter une traduction que l’on sent plutôt bancale parfois (des lourdeurs de style assez insupportables par instant liées à des répétitions qu’on devine voulues et musicalement maîtrisées en italien mais qui tombent totalement à plat en français), la trame de ce roman fleuve, ce roman-océan, voire (tellement il y a de déchaînements tumultueux qui nous emportent), est par contre, elle, impeccable et empoigne littéralement son lecteur pour le plonger dans le monde des gangsters des Etats-Unis des années 20, dans les coulisses peu reluisantes de Hollywood, tout en plantant des personnages qui courent à perdre haleine après le rêve américain. C’est parfois grandiloquent, « too much » comme dirait l’autre, mais c’est aussi cet environnement qui rend les personnages profondément attachants. On retarde la lecture des dernières pages pour rester encore auprès de ces protagonistes que l’on s'est mis à aimer terriblement. On est terrifiés, on souffre, on rit, on pleure, on s’énerve, on hurle presque avec eux. *Le gang des rêves* n’a pas d’autre prétention que de livrer une saga totalement addictive et de nous extraire complètement de notre quotidien, et c’est là, pour le coup une véritable réussite !

L'homme de miel (Olivier Martinelli)

note: 5Une lecture essentielle Karine de Messimy - 2 décembre 2017

Voici un texte toujours très juste, terrible et beau à la fois qui ne tombe jamais dans le piège du pathos et qui, sous une écriture tout en simplicité (seulement en apparence), fait surgir en fait toute la complexité de la retenue et, dans le même temps, du lâcher prise face à la maladie. C'est un récit qui, parce que son auteur a compris que la mort pouvait pointer le bout de sa faulx au détour de n'importe quelle lecture d'analyse de sang ou de résultats de biopsie, est empreint d'une immense vitalité. Une vitalité qui transparaît dans la construction du texte, rythmé par des chapitres courts comme des battements de cœur qui sont autant de déclarations d'amour à la vie, aux siens et aux petits rien qui font le quotidien.Une grande leçon d'humilité.
Un gros coup de cœur de l'équipe de la médiathèque !

David Bowie est le sujet (Victoria Broackes)

note: 5Incontournable ! Karine de Messimy - 29 novembre 2017

Un catalogue exceptionnel qui reprend les éléments essentiels de l'incroyable exposition "David Bowie is" qui, après Londres en mars 2013, s'est tenue à la Philharmonie de Paris en 2015. Depuis, elle a été accueillie dans plusieurs grandes villes du monde entier. Après un arrêt au musée du design de Barcelone jusqu'en octobre dernier, elle terminera son voyage entre mars et juillet 2018 à New York, au Brooklyn Museum. Ce volume remarquable tant au niveau de ses illustrations que de son contenu très fouillé, est également une parfaite entrée pour découvrir les univers de l'un des artistes les plus créatifs, singuliers et géniaux de ces 50 dernières années.

Star trip (Éric Senabre)

note: 5Un roman ado exceptionnel ! Karine de Messimy - 21 novembre 2017

Voici un roman ado trépidant qui rend un bien bel hommage à la SF de la fin des sixties (mais pas que), qui déploie une histoire se déroulant en 1968 aux USA, peuplée de doux dingues embarqués dans des situations improbables tout autant qu'hilarantes, qui met à mal quelques préjugés sociétaux à la peau dure, puisqu'encore d'actualité, et qui embarque avec maestria le lecteur dans un road trip conduit, pied au plancher d'une camionnette en fin de vie. Un bonheur de lecture !

Retour Haut